Thérapie émotionnelle

Dynamique Emotionnelle Exprimée, thérapie de groupe et individuelle – Paris, Lyon

Qu’est ce qu’une thérapie brève ?

Cette approche psychologique se présente comme une thérapie permettant d’aider le patient à obtenir des résultats satisfaisants sur une courte durée, en une ou deux séances ou 10 séances au maximum. Milton Erickson (1901-1980) est considéré comme l’inventeur de cette thérapie. On attribue aussi sa naissance au Mental Research institute de Palo Alto. La thérapie brève est notamment utilisée dans le milieu social et dans la résolution des conflits au sein des entreprises

Principes de la thérapie brève

Cette thérapie propose en quelques séances de faire disparaître ou d’alléger les troubles handicapants ou bloquant la performance d’un individu. L’accompagnement du thérapeute est limité dans le temps, c’est-à-dire moins d’une dizaine de séances. Elle se démarque de la psychothérapie traditionnelle du fait qu’elle concerne souvent les troubles de comportement qui peuvent être rapidement résolus. Parmi ces troubles, on peut citer les anxiétés, le manque de confiance en soi, les traumatismes légers, les blocages, les TOC… Elle s’avère donc inefficace pour le traitement des pathologies lourdes dans le domaine de psychiatrie.

Le thérapeute bref ne s’intéresse pas à savoir le motif ou l’origine de la souffrance ou des difficultés du patient. Son intérêt se cristallise plutôt autour de « comment la difficulté de vie créée un problème entre le patient et ses proches ». Le thérapeute fait avec tact les tentatives infructueuses de la résolution du patient à résoudre ses problèmes. En effet, un patient consulte souvent un thérapeute lorsque le comportement qu’il croit correspondre au bon sens a échoué. Après avoir identifié le trouble du patient, le thérapeute fixe les objectifs à atteindre et établit les interventions qui lui permettent d’y arriver. Il essaie ensuite d’aider le patient à modifier ses comportements et à rompre ses habitudes. En d’autres mots, il essaie de l’aider à voir son problème sous un angle différent afin que ses réactions soient différentes. A la fin de la dizaine de séances, le patient devrait donc être capable de savoir quels plans d’action à mettre en place pour sortir du cercle vicieux grâce aux compétences relationnelles, à l’art de persuasion et à la souplesse du thérapeute.

A titre d’info, une séance de thérapie brève coûte dans les environs de 50 à 80 euros. La Sécurité sociale ne rembourse pas cette dépense santé mais si elle est proposée dans les dispensaires ou hôpitaux, la prise en charge est possible. En revanche, les mutuelles peuvent la prendre en charge.

Clin d’œil sur la découverte de la thérapie brève

On retrouve de nombreuses formes de psychothérapies brèves comme le modèle psychanalytique, systémique, behavioriste etc. Le courant systémique apparu après la deuxième Guerre mondiale est par exemple inspiré du travail du psychiatre Milton Erickson. Pour la petite histoire, ce psychologue américain est victime de la poliomyélite à l’âge de 18 ans en 1919. Son approche innovante en hypnose thérapeutique est tirée de sa propre expérience. Elle est basée sur la certitude que le patient peut se ressourcer en lui-même et à ses compétences pour faire face d’une manière adéquate aux problèmes qu’il rencontre. Dans les années 30, il fait la connaissance de Gregory Bateson, le fondateur de systémique. En 1942, il est invité dans les conférences de Macy. Quelques années plus tard, Gregory Bateson le sollicite afin qu’il donne de formation en hypnose à Haley et John Weakland de l’école de Palo Alto. Ces deux psychiatres lui rendront visite pendant 10 ans puis Donald D Jackson a ouvert l’école Mental research institute (MRI)de Palo Alto avec deux autres collègues. John Weakland, Jay Haley, Richard Fisch et autre collègue le rejoignirent plus tard. C’est Richard Fisch qui a ouvert le centre de thérapie brève au sein du MRI pour mettre en place la thérapie visant à alléger les souffrances d’un patient en 10 séances.

Retour